European Calling: is just the beginning! From Rome to London

[MAJ 14.12 – ajout de la version allemande]

Italiano:

…Non serve essere un meteorologo per capire da che parte soffia il vento: occupazioni nelle università di tutta Europa, blocchi della città, manifestazioni selvagge, rabbia. Questa è la risposta che una nuova generazione sta dando a chi vuole ipotecare il nostro futuro con debiti per studiare, tagli del welfare, aumenti delle tasse.

Contro l`austerità e i tagli all’educazione pubblica, la determinazione di migliaia di studenti a Londra e la rabbia di quelli che hanno assediato il Senato a Roma hanno squarciato il tempo presente: si, perché il futuro è una conquista, e comincia quando si decide, collettivamente, di rischiare e di lottare.

Le formidabili lotte che stiamo attraversando hanno la capacità di farci vivere il presente con quell’intensità che eccede la linearità del tempo, che rifiuta la precarietà: é un assalto al futuro.

Non vogliamo indebitarci, non vogliamo pagare tasse per studiare tanto a Londra, quanto a Parigi, Vienna, Roma, Atene, Madrid, Dublino, Lisbona. Questo movimento europeo é il rifiuto della ricetta dell`austerità, il rifiuto di indebitarci per questi politici miserabili a cui gridiamo Que se vajan todos!

Quello che sta accadendo in questi giorni a Roma è prima scoppiato a Londra, e ancora prima a Parigi: un movimento che parla la stessa lingua e grammatica comune, una stessa generazione in rivolta che abita metropoli diverse nutrita dalla determinazione delle lotte, che punge come una vespa.

Di fronte a questi Stati-nazione in crisi la cui unica ricetta, ben nota, fa rima con austerità e indebitamento quello che dobbiamo fare è incontrarci e inventare una grammatica nuova che ecceda la debolezza dei nostri stessi governi.

In Italia non solo abbiamo occupato le università, ma abbiamo bloccato autostrade, la circolazione e la mobilità di un intero paese per far circolare le lotte, per connetterle con quelle oltre i confini nazionali, per arrivare in Europa ed oltre. La circolazione delle lotte vive dentro il blocco della metropoli e le manifestazioni selvagge a Londra, Parigi e Roma, laddove la fluidità di queste città scopre la corporeità dei rapporti di forza, del rifiuto e della indisponibilità.

Questo autunno abbiamo dato vita ad un rappresenta la sua più coraggiosa risposta. Una lotta fatta di molte lotte e soggetti, differenti temporalità che si sono annodate per rivendicare più borse di studio e libero accesso ad una educazione pubblica e di qualità.

Dietro i libri-scudo del Book Block una generazione si è riconosciuta e si è ritrovata nelle proteste. Oggi in molte città italiane il movimento studentesco ha mostrato un segno che non è di semplice solidarietà: non ci sono solo manifestazioni in UK oggi, ma in tutta Europa gli studenti sono contro i vergognosi aumenti delle tasse e i tagli indiscriminati alla ricerca e alla formazione.

Non siete soli, non siamo soli: un movimento europeo, una nuova generazione che non avrà pensione e che starà peggio dei loro genitori non ha alcuna voglia di rassegnarsi; abbiamo la forza di coloro che vogliono trasformare il mondo e abbiamo l`intelligenza per poterlo fare. Non è altro che l`inizio!

Proprio per questo proponiamo a studenti, ricercatori, lavoratori precari e dottorandi un’assemblea europea da costruire tutti assieme ad inizio 2011 a Roma per continuare la lotta, perché il vento che sta soffiando diventi tempesta!

Anomalia Sapienza – Uniriot Roma, 9 décembre 2010.

 

 

English:

European Calling: is just the beginning! From Rome to London

…You don’t need a weatherman to know which way the wind blows: occupation of universities everywhere in Europe, blockage of the cities, manif sauvage, rage. This is the answer of a generation to whom they want to cut the future with debts for studying, cuts of welfare state and increasing of tuition fees.

The determination of thousand of students in London, the rage of who assault the Italian Senate house against the austerity and the education cuts, has opened the present time: this is because the future is something to gain that start when you decide collectively to take risk and to struggle.

The extraordinary struggles that we are living have the capacity to show a present with an intensity that exceed the linearity of the time, that refuse our precarity condition: it is an assault to the future!

We don’t want to get into debt, we don’t want to pay more fees to study in London as well as in Paris, Wien, Rome, Athens, Madrid, Dublin, Lisbon. This European movement is about refusing austerity policies, refusing to get into debt for these miserable politicians. Que se vayan todos!

What is happening nowadays in Rome first spread out in Athens and Paris, then in Dublin and London: it is the irruption of a movement who speaks a common language, the same young generation in revolt, who inhabits different cities but shares the same determination to struggle, «floating like a butterfly and stinging like a bee».

We have to meet each other and invent a new political grammar against the weakness of the Nation-state and their strategy to face the crisis: their receipt is just austerity, cuts and debt.

In Italy we have occupied not only universities, but also blocked motorways and the mobility of the country in order to circulate struggles outside the national borders and coming in Europe and beyond. The circulation of struggles is living within the Book Block and the wild demonstration in London, Paris and Rome.

This autumn we are living a real European student movement, that is various and radical, really heterogeneous. Its common reclaim comes from a protest that is born in the middle of the crisis, and that represents the most courageous answer. It is a struggle composed by different struggles, heterogeneous temporalities that reclaim more scholarships for student and a public university for everyone.

Within the book block a new generation recognized and found itself in the protest. Today in lots of cities the Italian student movement is showing something more than just solidarity: this is because your struggle is our struggle and all around Europe students are against the increasing of fees, the privatisation of the university and the education cuts.  You are not alone in UK: an European event, a new generation do not want to stop. We have the force whom want to change the world and we have the intelligence to do it. It is just the beginning!

We propose to students, researchers, precarious workers and PhD students to build up together an European meeting at the beginning of the 2011, to continue the struggle, to transform this wind in a tempest!

 

Français:

Appel européen: Ce n’est que le début! De Rome à Londres:

Il n’y a pas besoin d’être un météorologue pour comprendre dans quelle direction souffle le vent : occupations universitaires en toute l’Europe, blocages des villes, manifs sauvages, rage. C’est ça, la réponse que la nouvelle génération est entrain de donner à ceux qui veulent mettre une hypothèque sur notre futur avec dettes pour étudier, des coupures de l’état social et des augmentations des taxes.

Contre l’austérité et les coupures budgétaires, la détermination de milliers d’étudiants à Londres et la rage de ceux qui ont assiégé le Sénat à Rome ont déchiré le temps du présent : oui, car le futur est une conquête, et elle commence quand on choisit, collectivement, de prendre des risques et de lutter.

Le luttes formidables que l’on est en train de traverser ont la capacité de nous faire vivre le présent avec cette intensité qui dépasse la linéarité du temps, qui refuse la précarité : il s’agit d’un assaut au futur.

Nous ne voulons pas nous endetter, nous ne voulons pas payer des taxes pour étudier, à Londres comme à Paris, Rome, Athènes, Madrid, Dublin et Lisbonne. Ce mouvement européen, c’est le refus de la recette de l’austérité, le refus de nous endetter pour ces politiciens misérables auxquels on crie « Que se vajan todos ! » (Que se tirent tous ! ndt) Ce qui est entrain de se passer pendant ces jours à Rome, a d’abord éclaté à Londres, et auparavant encore à Paris : un mouvement qui parle la même langue, une même génération en révolte qui habite des métropoles différentes mais nourries de la détermination des luttes, qui pique comme une abeille.

Face à des États-nations en crise dont l’unique recette, bien connue, rime avec austérité et endettement, ce qu’on doit faire, c’est nous rencontrer et inventer une nouvelle grammaire qui dépasse la faiblesse de nos propres gouvernements. En Italie non seulement on a occupé les universités, mais on a aussi bloqué les autoroutes, la circulation et la mobilité d’un pays tout entier pour faire circuler les luttes, pour les connecter avec celles qui se déroulent au-delà des frontières nationales, pour arriver en Europe et bien plus loin. La circulation des luttes vit dans le blocage de la métropole et dans les manifestations sauvages à Londres, Paris et Rome. Là où la fluidité de ces villes découvre la corporalité des rapports de force, du refus et de l’indisponibilité.

Cet automne, on a donné vie à un mouvement estudiantin qui est varié et radical, réellement hétérogène. Ces réclamations communes viennent d’une protestation qui est née au milieu de la crise et qui représente sa réponse la plus courageuse. Une lutte composée de beaucoup de luttes et de sujets, de différentes temporalités qui se sont emmêlée pour revendiquer plus de bourses d’études et le libre accès à une éducation publique et de qualité.

Derrière les livres-boucliers du Book-Bloc, une génération s’est reconnue et retrouvée dans les protestations. Aujourd’hui, dans beaucoup de villes italiennes, le mouvement estudiantin a montré plus que de la simple solidarité : il n’y a pas qu’en Angleterre qu’il y a des manifestations aujourd’hui, dans toute l’Europe les étudiants s’opposent à des augmentations honteuses de taxes et à des coupures indiscriminés à la recherche et à la formation.

Vous n’êtes pas seuls, nous ne sommes pas seuls : un mouvement européen, une nouvelle génération, qui n’aura pas de retraite et qui aura une vie pire de celle de leurs parents, n’a aucun envie de se renseigner ; on a la force de ceux qui veulent transformer le monde et l’intelligence pour pouvoir le faire. Ceci n’est que le début !

C’est pour ça que nous proposons aux étudiants, chercheurs, travailleur précaires et doctorants, une assemblée européenne à construire tous ensemble au début 2011 à Rome. Pour continuer la lutte, pour que le vent qui est entrain de souffler devienne une tempête !

Le Réveil.

 

Europäischer Aufruf des Netzwerks Uniriot

…Man braucht keinen Wettermann, um sagen zu können, aus welcher Richtung der Wind weht: die Besetzung von Universitäten in ganz Europa, Blockaden ganzer Städte, Spontandemos, Wut überall. Was wir hier erleben, ist die Antwort einer Generation, deren Zukunft weggekürzt werden soll: mit Studiengebühren, Sozialkürzungen und der notwendigen Aufnahme von Schulden, um überhaupt studieren zu können.

Die Entschlossenheit tausender Studierender in London, der Hass derer, die den italienischen Senat angreifen, um Widerstand gegen die Kürzungen und Sparmaßnahmen im Bildungssektor zu leisten, hat Möglichkeiten eröffnet: Geschichte scheint als etwas auf, das in der kollektiven Entscheidung, Risiken einzugehen und um die eigene Zukunft zu kämpfen, gemacht wird.

Die Kämpfe in denen wir leben, weisen in ihrer Intensität über das Jetzt hinaus und verweigern sich unserer prekarisierten Situation: wir führen einen Angriff für unsere Zukunft!

Wir wollen keine Schulden aufnehmen, wir wollen nicht noch mehr Gebühren zahlen, um in London, Paris, Wien, Rom, Athen, Madrid, Dublin oder Lissabon studieren zu können. Diese europäische Bewegung wehrt sich gegen die Sparmaßnahmen der Politik, weigert sich für armselige Politiker_innen Schulden aufzunehmen. Que se vayan todos!

Was in Rom begann, breitete sich zunächst nach Athen und Paris aus, dann nach Dublin und London: es ist der Aufbruch einer Bewegung, die eine gemeinsame Sprache spricht, die selbe junge Generation in einer Revolte, die in verschiedenen Städten stattfindet, aber die selbe Entschlossenheit im Kampf zeigt, um „zu fliegen wie ein Schmetterling und zu stechen wie eine Biene“.

Wir müssen uns selbst finden und eine neue politische Sprache gegen die schwächelnden

Nationalstaaten und ihre Strategie zur Bewältigung der Krise finden, denn alles was ihnen einfällt sind Sparmaßnahmen, Kürzungen und Verschuldung.

In Italien haben wir nicht nur Universitäten besetzt, sondern auch Autobahnen und die

Verkehrsinfrastruktur im ganzen Land blockiert, um unsere Kämpfe über die nationalen Grenzen hinweg auszudehnen: auf das europäische Ausland und darüber hinaus. Diese

Zusammengehörigkeit lebt im „Book Block“ und den Demonstrationen in London, Paris und Rom. Diesen Herbst erleben wir eine wahrhaft europäische Studierendenbewegung, die – in ihrer Heterogenität – Vielfalt und Radikalität verbindet. Die sie einigende Forderung, entspringt einem Protest, der in der Krise geboren wurde, und der die mutigste Antwort auf diese darstellt. Es handelt sich um einen Kampf, der verschiedene Kämpfe vereint, die, in ihrer Ungleichzeitigkeit, mehr Stipendien und eine öffentliche Universität für alle fordern.

Im „Book Block“ erkennt und findet sich eine neue Generation. In vielen Städten zeigt die

italienische Studierendenbewegung heute mehr als nur Solidarität mit euch: das liegt daran, dass euer Kampf unser Kampf ist und dass in ganz Europa Studierende gegen die Erhöhung der Studiengebühren, die Privatisierung der Universitäten und Bildungskürzungen sind. Ihr seid nicht allein in Großbritannien: in diesem europäischen Ereignis zeigt sich eine neue Generation, die nicht gewillt ist, aufzugeben. Wir haben die Macht, die Welt zu verändern und wir sind schlau genug es zu tun. Das ist erst der Anfang!

Wir schlagen Student_innen, Wissenschaftler_innen, prekär Beschäftigten und Doktorand_innen ein gemeinsames europäisches Treffen zu Beginn des Jahres 2011 vor, um die Kämpfe fortzuführen und diesen Wind in einen Sturm zu verwandeln!

Publicités

Chère lectrice, cher lecteur,

On espère que vous étiez présent-e-s à la projection du 24 novembre dernier à la Datcha.

C’était sympathique. On a mangé, bu, discuté, parlé du bon vieux temps avec des anciennes et des nouvelles têtes.

Pas de programme d’action pour le moment, ce n’était pas le but premier de cette soirée. Mais ce genre de moment passée ensemble redonne forcément de l’énergie pour entreprendre des choses et réfléchir à ce que représente l’Université dans notre vies.

On s’excuse de ne pas avoir mis à jour ce blog. Manque de temps mais surtout manque d’envie. Aucune actualité à Genève, aucun texte donc aucune nécessité d’actualisation.

Une précision pour contrer les questions qui ne vont pas manquer d’arriver : NON « Education is NOT for $A£€ Genève » n’existe plus. OUI Le site continue d’exister, mené par un collectif qui n’a ni la prétention à la « légitimité » (on l’emmerde), ni l’objectif de représenter toutes les sensibilités du mouvement qui a agité l’Université de Genève au mois de novembre 2009.

Honte à nous, ces derniers temps, c’est surtout la page Facebook de Notre UNIGE qui a été mise à jour. On risque de la supprimer bientôt car Facebook, c’est pratique pour diffuser les infos, mais c’est mal. Le seul truc qui n’est pas à jeter sur ce site est la page du bien nommé « International Student Movement », une mine d’informations sur l’actualité des luttes étudiantes dans le monde.

Londres – 10 novembre 2010
Londres – 10 novembre 2010
Londres – 24 novembre 2010

Et justement, l’actualité internationale est BRÛLANTE. Il se passe des événements inattendus en Italie et en Angleterre où des joyeuses bandes occupent leurs Uni, s’en prennent aux forces de l’ordre (les fameux « Book Bloc » italiens et la destruction de Millbank – le siège du Tory), au Sénat  et à ce système en général avec toute la fougue et la beauté de la jeunesse.

Pise – 24 novembre 2010
Rome – 24 novembre 2010
Rome – 24 novembre 2010
Naples – 30 novembre 2010
Naples – 30 novembre 2010

On fait plein de bisous à ces camarades.

A bientôt.

Le Comité d’édition du site Notre Unige

notre.unige@gmail.com

Extrait de l’article de Dominique Gros « Du désir de révolution à la dissidence : Constitution de la mouvance alternative genevoise et devenir de ses acteurs » (2004).

« Démocratisation des études et contestation étudiante

Au soir du 8 mai 1968, environ 800 personnes participent au meeting organisé par le Mouvement d’action contre les journées militaires qui se tient à la salle du Faubourg. Parmi les orateurs, on relève aux côtés des représentants de la Jeunesse socialiste, du Mouvement populaire des familles, de Pax Christi et d’autres organisations, la présence d’un délégué étudiant, membre influent du Comité d’action pour la démocratisation des études (CADE).

Depuis la rentrée académique de l’automne 1967, l’ambiance est tendue à l’Université. La cause première en est l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la démocratisation des études qui avait été adoptée par une faible majorité de l’électorat genevois en décembre 1966. Pour une grande partie des étudiants, cette loi qui repose sur l’automaticité (l’allocation est un droit pour les étudiants sous certaines conditions) ne favorise pas une réelle démocratisation des études supérieures et n’ouvre pas la porte de l’Université à tous les millieux sociaux. En effet, depuis sa mise en application, le nombre des bénéficiaires d’allocations aux études au niveau universitaire est passé de 534 en 1966-1967 à 166 en 1967-1968 !

De plus, ni la hiérarchie universitaire, ni les contenus des cours, ni les méthodes d’enseignement ne sont vraiment adaptés à l’évolution de la société et les étudiants se sentent maintenus dans un rôle de consommateurs de connaissances.

L’opposition aux journées militaires a fourni une tribune où le mécontentement étudiant a pu s’exprimer et surtout se diffuser en dehors du milieu académique. Ce sont des événements internationaux et nationaux qui lui donneront une certaine ampleur. A Genève, comme ailleurs, la situation va se crisper surtout à partir de la mi-mai.

Bien sûr, ce qui se passe à ce moment-là en France (agitation étudiante et grève générale) ne peut laisser personne indifférent dans un canton frontière comme Genève. Mais il y a aussi des raisons bien locales à cette tension. Ainsi, depuis début mai, se sont multipliés des incidents témoignant d’une crispation croissante des autorités politiques :

  • le 4 mai 1968, des bagarres entre manifestants et policiers éclatent devant le consulat d’Espagne lors d’une manifestation anti-franquiste ;
  • le 14 mai, lors d’une manifestation contre les journées militaires, des contre-manifestants d’extrême droite provoquent des troubles, des affrontements ont lieu entre manifestants et forces de l’ordre ; les conférences consacrées à la protection civile, à la défense économique et à la défense spirituelle, qui devaient être données au Victoria Hall en présence de nombreuses personnalités ne peuvent se dérouler comme prévu ;
  • le 15 mai, le Conseil d’Etat communique « qu’il est décidé à faire respecter l’ordre public et que la police réprimera toute manifestation illégale » ;
  • le 17 mai, les organisateurs d’une manifestation autorisée se voient contraints à renoncer face aux exigences draconiennes du Conseil d’Etat (pas de cortège, durée limitée à une heure, périmètre strictement circonscrit, etc.).

En lieu et place de cette dernière manifestation, un meeting se tient à l’Université. Il débouche sur la création du Mouvement du 17 mai qui entend jouer, à l’image du Mouvement du 22 mars français, le rôle de fer de lance d’une contestation qui ne se veut plus confinée à l’Université.

Au soir de la plus importante manifestation de ce mois de mai, le 29, ce sont 2000 personnes qui défilent à travers Genève, de l’Université à la place des Alpes, et qui acclament l’orateur du CADE qui affirme : « Il faut démontrer que nous sommes capables de construire autre chose ».

Suite à cette manifestation d’envergure,  la situation va rapidement évoluer. A gauche, on cherche à se rapprocher de la contestation étudiante. Le Parti du Travail et le syndicaliste Lucien Tronchet apportent leur soutien aux étudiants.

Les partis de droite et du centre, sans doute inquiets, proposent concertation et négociation avec les organisations étudiantes modérées. Les autorités universitaires se déclarent favorables au dialogue. Et le Conseil d’Etat estime « que les remous qui agitent ces jours notre jeunesse donne lieu à des discussions passionnées en son sein et avec ses aînés, d’où peuvent sortir d’utiles réformes et de nécessaires adaptations à notre monde moderne, en particulier à l’Université »1.

Il faut dire que tant le développement des événements en France – c’est alors la grève générale – que l’extension de l’agitation étudiante dans d’autres villes suisses créent un contexte de pression incitant les milieux dirigeants à chercher une solution rapide et acceptable à la crise universitaire. Il y a urgence car les mots d’ordre débordent de plus en plus le cadre strictement universitaire pour toucher des questions d’intérêt plus général (situation de la jeunesse, droits démocratiques, inégalités sociales, etc.).

La division du milieu étudiant s’accentue. A partir de la fin du mois, la tendance la plus radicale du mouvement – CADE et Mouvement du 17 mai – semble être progressivement marginalisée par les étudiants réformistes.

Une pétition qui désapprouve « les discussions et les méthodes qui, dépassant le cadre universitaire, sont devenues stériles et placent les étudiants dans une atmosphère intolérable » est signée par plus de 850 étudiants en deux jours. Ceux-ci souhaitent qu’un dialogue entre les autorités et les associations étudiantes modérées s’instaure rapidement et que des négociations permettent d’aboutir à des réformes au sein de l’Université.

La suspension estivale des cours amène une accalmie sur le front universitaire. Au début juillet, la tension sociale est donc retombée à Genève. L’attention se porte sur d’autres conflits, notamment le Globuskrawall à Zurich (l’occupation depuis le 15 juin, par des centaines de jeunes, d’entrepôts désaffectés des magasins Globus situés au centre ville et la revendication de les transformer en centre socio-culturel autonome).

[…]

1. Cité par le journal La Suisse du 30 mai 1968. »

GROS, Dominique. Du désir de révolution à la dissidence : Constitution de la mouvance alternative genevoise et devenir de ses acteurs. Equinoxe Revue des sciences humaines, 2004, n° 24, p. 33-35.

Rendez-vous le mercredi 24 novembre 2010 – 18h30 à la Datcha (18 bd d’Yvoy).

Venez nombreux-ses!

Le bulletin n°17 d’Unige-Info, le bulletin d’information indépendant de l’Université de Genève, est disponible ici http://www.unige-info.ch/Bulletin-no-17.html

Au sommaire:
* Comme pour le conseil fédéral, ils se tiennent par la barbichette

* Pourquoi nous ne siégeons plus à l’assemblée de l’uni

* Sur la réforme des bibliothèques.

* Quand les alumni rapportent

* Permanences 2010 du syndicat SSP/Vpod à Uni-Dufour

On sait ce que c’est. Les examens approchent, on n’a plus le temps de réfléchir à ce que devrait être l’Université. Mais quelques étudiant-e-s résistent encore. En voici pour preuve la tenue ce vendredi 7 mai 2010 du premier Forum Uni-21 organisé par Unsere Uni – Zürich .. à l’Université de Zürich.

Le programme est le suivant: discussion plénière avec des professeur-e-s et des rappeurs célèbres, workshops et sûrement une petite fête le soir.

Zeit Ort Beschreibung
10:30-12:00 KOL-G-221 Eröffnung und Einführung
Beiträge von:
Eva Hartmann (Uni Lausanne)
Erich Graf (Uni Zürich)
Unsere Uni Zürich
Peter Streckeisen (Uni Basel)
Prof. Jürg Fröhlich (ETH Zürich)
12:15-12:30 KOL-G-221 Vorstellung der Workshops
Mittagspause
14:00-16:30 KO2-F-173
SOE-F-2
SOE-F-9
SOE-F-12
SOE-E-8
Zukunftswerkstätten (Workshops)
Erfahrungen mit Bologna und Alternativen
Forschung und Drittmittel
Feudalsystem oder Demokratische Uni
Eine andere, emanzipative Pädagogik
Rolle der Universitäten in der Gesellschaft
Pause
17:00-18:30 KOL-F-118 Abschluss des Forums
Greis (Kulturschaffender)
Vorstellung der Ergebnisse der Workshops
Schlussdiskussion

Venez nombreu-ses-x!

Plus d’informations: http://www.unsereunizh.ch/uni21/

A suivre: un prochain numéro d’Indisciplinarités-Denkzettel, bientôt.

Un tractage aérien a eu lieu le 10 mars 2010 à 14h dans le hall principal d’Uni Mail pour protester contre la tenue du Forum Uni-emploi organisé par le Rectorat de l’UNIGE. Nous vous reproduisons ici le tract dans son intégralité.

L’UNIGE est un centre de formation d’entreprise

L’université est une catin qui se vend aux investisseurs privés!

Donnez-moi des sous et je te donnerai un Master en trading!

Les entreprises représentées par Economiesuisse et Avenir Suisse ont des attentes claires envers l’université qui doit lui fournir une main d’oeuvre bon marché.

Les entreprises ne viennent pas à l’université par altruisme. Elles sont gagnantes!

En formant les étudiant-e-s selon les besoins du marché du travail, l’université sert de centre de formation pour les entreprises qui n’ont plus à assumer les coûts de formation de leurs employé-e-s.

A quand un Master pour former les vendeur-euse-s de chez Aldi et Lidl? (Tribune de Genève du 6 mars 2010)

Uni-Emploi ne sert pas à aider les étudiant-e-s à trouver un emploi mais à les formater: depuis que tu es à l’université, on t’apprend à te vendre sur le sacro-saint « marché de l’emploi ».

Uni-Emploi a un coût pour l’université. Chaque franc dépensé dans cette foire à la prostitution est un franc de moins pour l’encadrement et assurer des conditions d’étude décentes.

Uni-Emploi n’est pas une fatalité, lors de la première édition (2002) les stands avaient été détruits par les étudiant-e-s qui n’en voulaient pas!

!! UNI-EMPLOI HORS DE L’UNIGE !!

Le professeur de physique de l’EPFL publie un petit livre qui dénonce la politique menée par l’EPFL ces dernières années, une politique qui reflète les volontés des autorités politiques en charge de l’éducation et de la recherche à travers l’Europe.

Le Temps l’a interviewé, extrait:

La politique universitaire contemporaine, spécialement là où il y a de l’argent – c’est-à-dire dans les universités techno-scientifiques –, est une politique violente. […] Elle ressemble à la politique appliquée dans les grandes entreprises. Elle repose sur le contrôle, et une défiance à l’égard des chercheurs. Lorsque l’expérience a débuté à l’EPFL, le modèle managérial et boursier avait le vent en poupe, à l’image de la bulle internet: il n’est pas étonnant que les politiques aient voulu donner ce modèle à une université. Aujour­d’hui, la situation a changé, et l’on devrait s’interroger sur ce modèle.

La suite est à lire ici: http://www.letemps.ch/Page/Uuid/2615a668-2afa-11df-9430-6778e9c7e283/Les_universit%C3%A9s_c%C3%A8dent_%C3%A0_la_logique_de_mode

La publicité est toujours mensongère. Celle que fait la faculté de SES de l’Université de Genève n’échappe pas à la règle. C’est extrêmement cocasse de voir Delphine Gardey ou Youssef Cassis vendre leurs spécialités aux étudiants et aux entreprises. Les professeurs sont-ils des VRP?

Master en Etudes Genre – UNIGE from Videoprod.ch on Vimeo.

Au lieu de dépenser de l’argent dans des publicités qui ne servent à rien, pourquoi ne pas essayer de régler avec intelligence tous les dysfonctionnements de la faculté des SES?

La folie Rolex n’est pas du goût de tout le monde:

Comme à de nombreux autres camarades plus discrets, le nom du bâtiment lui déplaît. «Rolex, sponsor principal, y aurait investi 30 millions. Une somme jamais démentie par la direction», commente un camarade. «Ce nom donne l’impression que l’EPFL se vend à des marques, reprend Samuel Cobbi. Que la direction a de l’argent pour le béton mais pas pour la formation ou l’augmentation de nos bourses.»

http://www.24heures.ch/vaud-regions/actu/osent-ne-aimer-learning-center-2010-03-03

Page suivante »