Police à l’Université de Lausanne, Securitas à Genève

La police a procédé a des contrôles d’identité dans l’auditoire occupé de l’UNIL.

Pendant ce temps, notre rectorat a engagé des agents Securitas en civil pour surveiller les étudiants du mouvement genevois et leur lieu de rencontre en continu.

Après Didier Raboud et Piera Dell’Ambrogio qui essaient de faire ami-ami avec les étudiants (sur le mode « vous savez, nous aussi on a été jeune ») tout en essayant de diviser le groupe (« si on pouvait se défaire de la CUAE, cela serait bien quand même bien »), le fichage des étudiants qui occupaient et l’entrée permanente de plus de sept agents privés dans notre université doit être la suite de leur fameuse méthode d’ouverture et de dialogue. D’abord on écoute pas les étudiants, ensuite on les prend pour des abrutis et on finit par les fliquer.

Publicités



    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :